Aller au contenu
33 ans de la tuerie de Polytechnique

«Quand je pense à Polytechnique, je pense à Nathalie Provost» -P. Lagacé

«Quand je pense à Polytechnique, je pense à Nathalie Provost» -P. Lagacé
Nathalie Provost / Crédit photo: La Presse Canadienne / Graham Hughes
0:00
9:06
0:00
7:53

Lors de son éditorial du 6 décembre 2022 de l’animateur Patrick Lagacé, il était question du triste 33e anniversaire du féminicide à l’École Polytechnique qui a coûté la vie de 14 femmes.

Il a ramené les auditeurs au moment de cette tuerie, alors qu’il donne une description des moments en direct de ce triste événement.

Lagacé a voulu redonner la définition du mot féminicide.

«Un féminicide, c’est simple à comprendre. C’est une femme qui est tuée parce que c’est une femme. Une femme tuée par une balle perdue dans un lieu quelconque est un meurtre.»

De plus, l’animateur a tenu à parler du courage de la survivante Nathalie Provost.

«Quand je pense à Polytechnique, je pense à Nathalie Provost. Nathalie Provost a souvent pris la parole pour «Poly se souvient», est devenue ingénieure, était étudiante, a été blessée et n’a pas laissé le tireur l’éteindre au silence.»

«J’ai toujours des frissons quand j’entends ou je revois la conférence de presse de Nathalie Provost sur son lit d'hôpital. C’est stupéfiant de la voir dans son lit d’hôpital flanquée de médecins expliquer ce qui s’est passé.»

Il était question du même sujet lors de la chronique de Philippe Cantin. Selon lui, il est important que toutes les générations sachent l'importance de ce triste événement.

«C'est frappant quand tu entends la liste des 14 filles qui sont mortes. [...] Le devoir de mémoire, c'est important de ne pas l'oublier. Ça fait partie de notre histoire. Ça fait partie d'une réalité aujourd'hui. Ça fait partie d'une violence absolument absurde qu'il faut dénoncer. On ne peut pas faire l'économie de le rappeler. La date du 6 décembre est tellement lourde de signification, mais elle est essentielle. C'est essentiel qu'on se rappelle de ça. C'est essentiel qu'on l'enseigne aussi. C'est essentiel qu'on en parle dans nos écoles.»

Vous aimerez aussi

Plus avec Patrick Lagacé

4000 enseignants ont quitté nos écoles
Une autobiographie en route pour la diva québécoise
67% des Canadiens estiment que le pays est «brisé»
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Catherine le midi
En ondes jusqu’à 13:00
En direct
75