Aller au contenu
Le «malaise» de Philippe Léger

Pierre Poilievre et la résurrection de Jésus-Christ

Pierre Poilievre et la résurrection de Jésus-Christ
La chronique politique avec Philippe Léger / Cogeco Média

Dans sa chronique à Même le week-end, Philippe Léger commente la situation de l'insécurité dans le métro de Montréal et les voeux de Joyeuses Pâques de Pierre Poilievre.

Concernant l'insécurité dans le réseau de transport de la métropole, le chroniqueur dit espérer que ça devienne un «enjeu politique».

Il note que le phénomène de l'itinérance, entre autres, prend de l'ampleur et que ce n'est plus une question uniquement «montréalaise».

«C'est la crise du logement, c'est une crise de santé mentale et une crise des opioïdes. On dit que la drogue dans la rue est beaucoup plus forte qu'auparavant, par exemple. Et moi, ce que j'entends, j'ai des amis qui habitent en banlieue et qui vivent de plus en plus des problèmes, des problèmes liés à l'itinérance. À Repentigny par exemple, où j'ai grandi, de voir l'itinérance qui commence à s'installer, c'est quand même assez fascinant.»

Les voeux de Joyeuses Pâques de Pierre Poilievre

Avez-vous un malaise de voir le potentiel prochain premier ministre du Canada parler de la résurrection de Jésus-Christ?

«Au Québec, ce malaise-là, lorsque le politique se mêle du religieux et parle du religieux, il existe. Et le Québec a fait le choix de la laïcité et le Canada a fait le choix un peu contraire d'intégrer le fait religieux dans l'État. Mon malaise vient du fait qu'il nomme une fête religieuse, moi je ne serais pas pour ça, en politique de nommer des fêtes religieuses qui soient chrétiennes, musulmanes, juives. Dans le Canada anglais, au nom du multiculturalisme, on le fait tout le temps, pour toutes les fêtes religieuses.

«Ceci étant dit, pour moi, il y a quelque chose d'encore pire là-dedans, parce que non seulement on nomme la fête religieuse, mais on valide les thèses d'une religion en disant Jésus est ressuscité et on nous délivre de ses péchés quelque chose du genre. Moi, je fais partie de la génération qui n'a pas suivi de cours de pastorale. Donc je ne connais pas tous ces référents-là. Mais quand même, il y a une différence fondamentale ici, là, non seulement on nomme, on célèbre, mais on dit que les thèses sont vraies. Et moi, ici, il y a une trajectoire tellement différente entre le Québec qui a fait le choix de la laïcité et le Canada qui va toujours célébrer ces fêtes religieuses...»

Abonnez-vous à l’infolettre du 106.9 Mauricie!Abonnez-vous à l’infolettre du 106.9 Mauricie!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Élisabeth Crête

Quelles chansons vous rendent heureux?
Quelques documentaires à regarder sur Netflix!
Situation au Moyen-Orient et en Ukraine: les impacts sur le prix du pétrole

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Le Hockey des Canadiens
En direct
En ondes jusqu’à 22:00