• Accueil
  • Impact | Si ce n’était pas de la pandémie…

Impact | Si ce n’était pas de la pandémie…

Impact | Si ce n’était pas de la pandémie…Thierry Henry (98.5 Sports)

L’année 2020 a été très difficile pour l’Impact et pour ses partisans. Suivre une équipe à distance, ça n’a rien d’attrayant pour les amateurs de sports. Loin des yeux, loin du cœur, comme le dit l’adage.

L’Impact a dû faire des pirouettes juste pour se placer dans une situation dans laquelle il était toujours possible d’accéder aux matchs éliminatoires, lors du dernier jour de la saison régulière.

Sur le plan sportif, ç’a été difficile. Le club a perdu beaucoup trop de matchs et accordé beaucoup trop de buts. Mais il faut aussi reconnaitre que trop souvent, Thierry Henry travaillait avec un effectif qui n’était pas digne des ligues majeures. 

Il fallait déplacer des joueurs à des positions qui n’étaient pas les leurs et souvent le banc n’était même pas rempli à pleine capacité.

Mais Henry a pu déposer les bases du style de soccer qu’il désirait jouer. Jamais l’Impact n’a été une équipe qui construisait à partir de l’arrière. Et même si ce groupe manquait probablement de qualité pour jouer ce style, match après match, dès maintenant, ils sont restés sur leurs convictions. Même quand ç’a couté des buts.

Ceux qui reviendront en janvier sauront déjà à quoi s’attendre, si Henry décide de demeurer à bord, et ça, c’est important. Rares ont été les années où on pouvait construire la saison suivante sur un projet qui avait été mis sur pied l’année précédente.

Pour moi, le seul endroit où Henry a erré a été au mois de septembre et octobre où les matchs s’enchainaient aux trois jours, et les rotations dans l’effectif étaient minimes. Pas suffisamment non plus de changements lors des matchs lorsque l’écart du score n’était plus à la portée du club.

Mais j’ai vu un Thierry Henry qui s’est ajusté en fin de saison sur ces aspects, et cela a porté ses fruits, l’Impact a été dans le coup à chaque fois depuis un mois. En espérant que ça aussi puisse continuer au début de la saison prochaine.

De la cohérence aussi au deuxième étage

On commence aussi à être capable de suivre la ligne de pensée de ceux qui mettent sur pied l’équipe. La gestion du plafond salarial est tellement meilleure que dans les années passées.

Si dans le passé on nous a vendu des plans de cinq ans qui semblaient sans fondement, cette fois-ci il y a raison d’y croire.

Lorsqu’Olivier Renard est arrivé, il y avait du travail de décrassage à faire, et tranquillement pas vite, il arrive à régler des dossiers qui mettaient des bâtons dans les roues du club. Il était primordial de laisser partir des joueurs qui gagnaient trop cher dans une ligue où il y a une limite au niveau des dépenses.

Malheureusement, certains mauvais contrats offerts par l’administration précédente demeurent, et c’est pour ça qu’il va falloir être patient. Mais on commence à voir la lumière au bout du tunnel. L’acquisition de jeunes joueurs de qualité a permis à l’Impact de garder la tête à l’extérieur de l’eau cette saison.

Renard commence vraiment à faire ses preuves, c’est clair qu’il est capable de dénicher du bon jeune talent qui peut nous aider maintenant et qui aidera aussi les finances du club à la revente.

Maintenant, il doit nous montrer aussi qu’il est capable de sortir le gros poisson du lac. Je reconnais que la pandémie lui compliquera encore plus la vie, mais ça urge. Les partisans sont en manque d’une vedette et leur patience achève. Il ne faudrait pas encore attendre deux ans de plus avant de frapper un grand coup, car les dommages pourraient être collatéraux. La popularité de l’Impact demeure fragile et une grosse signature pourrait vraiment aider à ce niveau.

Toutes les équipes ont besoin d’une vedette, incluant l’Impact. C’est devenu primordial à Montréal. Si c’est impossible en 2021 à cause de la pandémie, alors il faut au moins aller chercher un solide joueur, préférablement un attaquant, avant d’ajouter ladite vedette en 2022. Mais ça ne peut pas attendre plus que ça.

Si l’Impact peut garder tout le monde à bord pour quelques saisons, incluant les entraineurs et les dirigeants, continuer de dénicher de jeunes talents et signer quelques joueurs étoiles, l’avenir sera plus ensoleillé pour le club. 

Le plus rapidement l’Impact pourra retrouver un modus operandi normal, le plus rapidement on commencera à voir le fruit du travail. Espérons que cette pandémie achève pour que l’on puisse se replacer sur les rails du plan d’attaque mis sur pied il y a un an.

Classiques 80-90
En direct de 11:00 à 18:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.