12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope outline12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close16x16 spotify12x12 arrow left outline12x12 arrow right outline16x16 link12x12 photo outline16x16 google podcasts16x16 apple podcasts
  • Accueil
  • Impact de Montréal | Autopsie d’un match à oublier

Impact de Montréal | Autopsie d’un match à oublier

Impact de Montréal | Autopsie d’un match à oublierPhoto: Impact de Montréal
MLS : l'Impact perd son 1er match | le calendrier de la F1

7:46

On va se le dire, l’Impact n’a pas joué un bon match en lever de rideau du tournoi «MLS is back». La défaite de 1-0 ne reflète pas du tout l’allure de la rencontre: l’Impact a été dominé par le Revolution. Au chapitre des tirs au filet, ça s’est terminé 19-7 à l’avantage de la Nouvelle-Angleterre.

En fait, l’Impact n’a eu que deux chances de marquer. La première est venue au début de la deuxième demie, du pied de Maxi Urruti, l’autre au cours des minutes ajoutées de la part de Jean-Yves Ballou Tabla.

Mais au-delà de cela, l’Impact a démontré plusieurs signes de manque de cohésion. On peut se poser des questions sur la formation partante où l’on retrouvait des joueurs comme Rudy Camacho et Samuel Piette qui jouaient des rôles qui ne sont pas naturels pour eux, mais le problème était beaucoup plus profond.

Peu importe qui jouait à telle ou telle position dans ce match, c’est plus ce que les joueurs ont fait avec le ballon qui a fait défaut.

Trop souvent, sans même être sous pression, l’Impact redonnait le ballon directement dans les pieds de l’adversaire.

«Je n’ai pas du tout aimé l’attitude de l’équipe ce soir, a lancé l’entraîneur Thierry Henry après le match. On a perdu tous nos duels. On a perdu des ballons sans pression. On n’a même pas besoin de parler de la tactique, si tu entres sur le terrain sans volonté et en faisant autant d’erreurs, c’est difficile de gagner un match.»

L’entraîneur avait raison, au-delà de la tactique, l’exécution n’y était tout simplement pas.

Trois facteurs peuvent expliquer qu’un joueur de ce niveau redonne bêtement un ballon à un adversaire sans avoir été forcé de le faire:

  1. Il est nerveux.
  2. Il est fatigué et sa présence d’esprit n’est plus assez aiguisée pour prendre de bonnes décisions et donc se débarrasse du ballon.
  3. Il n’est pas de calibre pour jouer à ce niveau.

Dans le cas qui nous concerne, ces trois réalités peuvent s’appliquer à la situation d’hier. Mais pour une raison que l’on ne connaît pas, les Revs n’ont pas eu ce même problème.

Par ailleurs, leurs meilleurs ont été les meilleurs. Gustavo Bou et Carles Gil se sont amusés comme des petits fous sur le terrain, se créant plusieurs chances de marquer. Si la Nouvelle-Angleterre peut être déçue d’une chose, c’est de ne pas avoir été en mesure de marquer plus de buts, eux qui n’ont pas manqué de chances.

Pour ce qui est du désir de gagner, c’est vrai que l’impact n’a pas joué avec l’énergie du désespoir,  surtout en fin de match. Avec 30 secondes à jouer, et une touche profondément dans le territoire adverse, Ballou et Saphir Taïder ont mis plusieurs secondes pour décider qui des deux allait prendre la touche, plus tôt que de tout de suite relancer le jeu. Le sentiment d’urgence n’y était pas.

Difficile de lancer la pierre à l’Impact qui, on le savait, allait sûrement manquer de cohésion dans son jeu. Taïder avait bien sonné l’alarme dans son point de presse plus tôt cette semaine en disant qu’il serait impossible pour l’Impact de sauter sur le terrain à 100% et que le spectacle allait sûrement en souffrir. Mais on était loin de s’attendre à une si mauvaise performance.

Bojan, qui semble toujours à la recherche de ses marques en MLS, n’a pas été en mesure de faire la différence hier, commettant lui aussi plusieurs revirements.

Avec cette défaite, l’Impact se retrouve déjà au bord du gouffre. Une défaite dans le prochain match pourrait déjà signifier la fin de l’Impact dans ce tournoi.

Au rayon des bonnes nouvelles

Le jeune Luis Binks a encore une fois démontré hier qu’il appartient déjà à cette ligue. L’Anglais de 18 ans a repris là où il avait laissé en début de saison jouant un solide match devant le gardien Clément Diop. Il a freiné plusieurs attaques adverses grâce à un positionnement hors pair, il a bloqué des tirs et des centres, effectuant même un arrêt in extremis devant une cage laissé à l’abandon par Diop.

Victor Wanyama a visiblement des aptitudes balle au pied, mais il est clair que l’Impact n’a pas encore trouvé un système de jeu qui peut maximiser son potentiel.

En deux matchs avec Wanyama comme partant, l’Impact a encaissé deux défaites cette saison.

Il possède le calme pour ne pas se débarrasser inutilement du ballon, mais parfois cela lui joue des tours. On a vu le Kényan se sortir du trouble à plus d’une reprise, mais parfois, il s’est aussi retrouvé encerclé par trois adversaires, et n’ayant d’autres choix que de céder la possession du ballon. Cela est arrivé en deuxième demie, juste devant la surface montréalaise, ce qui a mené à une bonne chance de marquer des Revs.

Il est évident qu’il doit encore s’adapter à ses nouveaux coéquipiers et à l’environnement MLS.

Le prochain match de l’Impact à Orlando sera crucial pour la troupe d’Henry, qui affrontera le Toronto FC mercredi. Un match qui sera diffusé sur nos ondes dès 19h30.

En direct de 05:30 à 10:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.