• Accueil
  • Le revers du 5e match est de l'histoire ancienne pour les Raptors

Le revers du 5e match est de l'histoire ancienne pour les Raptors

Le revers du 5e match est de l'histoire ancienne pour les RaptorsPhoto: AP/Jeff Chiu
Le joueur des Raptors, Kawhi Leonard

OAKLAND, Calif. — Vivre dans le moment présent. C'est le mantra que les Raptors de Toronto ont récité tout au long de la saison. Ne jamais être trop excité après les victoires. Ne jamais être trop déçu après les défaites.

Deux jours après que les Raptors se soient retrouvés à un panier d'être sacrés champions de la NBA pour la première fois de leur histoire, les joueurs de la formation torontoise ne sentent pas la soupe chaude.

«Est-ce que (le cinquième affrontement) a été plus difficile? Pas vraiment. Les défaites frappent toutes fort, a déclaré l'entraîneur des Raptors, Nick Nurse. Écoutez, je suis comme tous ceux qui étaient là et qui comprennent qu'un résultat comme celui-là change un peu la donne. Mais je dirai ceci: je suis absolument ravi d'être entraîneur et de faire partie d'un autre match de la finale. C'est génial, non?»

Les Raptors, qui mènent la série finale 3-2, ont deux autres chances de soulever le trophée Larry O'Brien pour la première fois de leur histoire. La première de ses deux occasions se présentera à la troupe de Nurse jeudi au Oracle Arena, à Oakland.

Les Raptors demeurent invaincus au domicile des Warriors, qui accueillera son dernier match de la NBA jeudi - les double champions en titre déménageront du côté du Chase Center, à San Francisco, la saison prochaine.

Une statistique inhabituelle: l’équipe visiteuse a remporté les quatre derniers duels de la série. Toronto a remporté les troisième et quatrième matchs au Oracle Arena la semaine dernière.

«D'abord, pour une raison quelconque, je pense que les deux équipes sont vraiment des équipes qui performent bien à l'étranger et l'ont été toute la saison, a expliqué Nurse. C'est l'une des raisons. Ensuite, les deux équipes qui se retrouvent en finale sont très difficiles à affronter et vous devez être un peu plus solide mentalement sur les courts adverses.»

Les Raptors étaient plutôt sur la défensive lorsqu'ils ont répondu aux questions des journalistes, mercredi. On a reproché à Nurse d’avoir pris deux temps d'arrêt tard lors du dernier match, alors que l'équipe connaissait une bonne séquence, puis de ne pas en avoir pris avant le dernier jeu du match, quelques instants avant que Kyle Lowry ne rate sa tentative de trois points. Il a été soutenu que dans les deux cas, les décisions de l'entraîneur ont affecté le momentum de l'équipe.

Nurse a été questionné à savoir si le momentum existait réellement.

«C'est une question chargée et lourde. Je pense que oui, ne croyez-vous pas? Oh, mon Dieu, a répondu Nurse. Le momentum est présent dans toutes les sphères de la vie, à partir du moment où on se lève jusqu’au match de basketball. Aucun doute là-dessus. Parfois des temps d'arrêt du momentum et parfois, le contraire se produit.»

Nurse a souligné que les Raptors avaient eu une chance de gagner le cinquième match après avoir comblé un déficit de 14 points. Marc Gasol a été bousculé par DeMarcus Cousins en fin de rencontre et la NBA a fait son mea culpa mardi, admettant qu'une faute avait été commise sur la séquence, à moins d'une minute de la fin de la rencontre, et que Gasol aurait dû obtenir deux lancers francs.

«Kyle (Lowry) avait la porte grande ouverte pour réaliser un panier de trois points avec une minute à faire. Nous avons fait de belles choses et obtenu exactement ce que nous voulions, a renchéri Nurse. Je ne suis pas certain que le temps d'arrêt ait changé grand-chose aux 14 jeux environ qui ont eu lieu par la suite.»

Lowry a déclaré que l'humeur de son équipe n'avait pas changé depuis le cinquième match. C'est pratiquement la même chose depuis le début de la saison.

«Nous sommes restés dans le moment. Nous nous sommes tous assis et nous avons regardé le match aujourd'hui, a-t-il raconté. Nous comprenons que le moment présent est passé, mais nous essayons de garder le même état d'esprit. Nous prenons ça un match à la fois.»

Leonard a été le maestro émotionnel des Raptors toute la saison, ramenant constamment ses coéquipiers dans le moment présent. Tandis que les joueurs des Warriors sont transparents avec leurs émotions, ceux des Raptors ont choisi d'adopter une tout autre technique. Il est pratiquement impossible de dire, à partir des visages sérieux des joueurs qui rentrent au vestiaire, s'ils viennent de gagner ou de perdre.

«Vous participez aux séries avec le même état d'esprit: je veux gagner le match d'aujourd'hui, je veux gagner le match d'aujourd'hui», a mentionné Leonard.

Le père de Leonard, Mark, a été tué par balle à Compton, en Californie. Il était à bord de sa voiture alors que Leonard était adolescent au lycée.

Perdre son père, a-t-il confié,lui a fait réaliser que la vie, c'était bien plus que juste le basketball.

«Comme je le dis toujours, c'est du basketball. Sautez sur le court et amusez-vous. Les meilleures années de ma vie seront celles où j'ai joué au basketball, certes », a affirmé Leonard. À 27 ans, un jeune âge tout de même, tu ne devrais pas être angoissé dans la vie pour des choses qui ne comptent vraiment pas.

«Tant que votre famille est en bonne santé, vous pouvez voir les personnes que vous aimez et pouvoir marcher, courir, que vous n'êtes pas blessé... toutes ces choses sont prises en compte. Je vais donner le meilleur de moi-même, faire mon travail du mieux que je le peux et essayer de gagner.»

Leonard, qui totalise en moyenne 30,9 points et 9,0 rebonds lors de ces éliminatoires, devrait remporter son deuxième titre de joueur par excellence lors de la finale si les Raptors parvenaient à remporter le match. Avec 710 points en séries en carrière, il est à 14 points de surclasser Allen Iverson, au quatrième rang sur la liste des meilleurs pointeurs de tous les temps de la NBA et à 16 points de rejoindre Hakeem Olajuwon au troisième échelon.

«Il est le meilleur joueur de basket offensivement et défensivement, a déclaré Lowry à propos de Leonard. J'ai vu quelques jeux qu'il a faits cette saison où je me suis dit: 'wow'. Il travaille extrêmement fort. Et il aime ce sport. Il l'aime beaucoup.»

Une victoire propulserait les Raptors dans les livres d'histoire. Le premier titre de leur histoire serait le premier titre du Canada dans l’une des quatre ligues professionnelles les plus importantes en Amérique du Nord - NBA, LNH, NFL, MLB - depuis le triomphe du Canadien de Montréal en 1993 et des deux titres remportés par les Blues Jays de Toronto en 1992 et 1993.

La chanteuse et compositrice canadienne Sarah Ann McLachlan interprétera l'hymne national canadien jeudi soir.

Une défaite des Raptors renverrait la série à Toronto pour le septième match, dimanche.

En direct de 07:00 à 11:00
1047
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.