• Accueil
  • Match ultime Blues-Bruins: «La coupe Stanley est sacrée» - Ray Lalonde

Match ultime Blues-Bruins: «La coupe Stanley est sacrée» - Ray Lalonde

Match ultime Blues-Bruins: «La coupe Stanley est sacrée» - Ray LalondePhoto: AP/Scott Kane

C'est l'ultime match entre les joueurs des Blues de St. Louis et ceux des Bruins de Boston, ce soir. Celui-ci va déterminer les vainqueurs de la fameuse coupe Stanley de la Ligue nationale de hockey (LNH).

Quels joueurs vont mettre la main sur le trophée au terme du septième match de la finale ?

D’ailleurs, quel est le protocole à propos de la coupe Stanley ? Pourquoi est-elle si prestigieuse ? Notre journaliste hockey et descripteur des matchs du Canadien de Montréal, Martin McGuire, ainsi que l'expert en business et marketing sportif, Ray Lalonde, ont donné quelques explications. 

«La coupe Stanley a 125 ans. C’est le plus célèbre des trophées de tous les sports nord-américains, même aux dépens de la NFL ou de la NBA. La coupe Stanley est absolument sacrée.»

Mentionnons que le trophée apporté çà et là par les joueurs de l’équipe gagnante sera une est une copie. La version originale demeure au Temple de la renommée du hockey. Par ailleurs, celle que les amateurs verront ce soir sur la glace du TD Garden, au terme de la rencontre, est également une copie.    

 

«En troisième période, on va ouvrir la grande valise qui protège la coupe Stanley. On va la polir puis la poser sur son piédestal. Lorsque Gary Bettman fera signe aux responsables, ceux-ci vont l’apporter sur la patinoire. C’est toujours majestueux comme cérémonie.»

La coupe Stanley est, selon Martin McGuire, le trophée d'une ligue sportive professionnelle le plus difficile à remporter lors d'une saison, en raison de l'engagement physique exigé auprès des joueurs. Non seulement les équipes doivent disputer 82 parties régulières, elles doivent participer aux séries éliminatoires qui sont longues et très exigentes pour les joueurs.

«C'est le trophée le plus difficile à gagner en raison de l'engagement physique qui est nécesssaire de la part des joueurs.»

C'est la 17e fois qu'un septième match est nécessaire pour l'obtention de la coupe Stanley, dans l'histoire de la LNH.

«Douze fois au cours des 16 derniers matchs, l'équipe locale a remporté ce duel ultime.»

Du côté de notre collaborateur François Gagnon, il croit que les Bruins risquent de gagner ce septième match.

J’étais convaincu que les Blues allaient profiter du sixième match à la maison pour remporter la coupe Stanley. Maintenant, je crois que les Bruins ont l’avantage en raison de leur expérience. En plus, ils jouent à Boston. [...] L'autre facteur important est la confiance du gardien Tuukka Rask... Si son équipe bat les Blues ce soir, il est clair qu'il va obtenir le trophée Conn Smythe [remis par la LNH au joueur ayant été le plus utile pendant les séries éliminatoires].» 

Quant à notre analyste Dany Dubé, il affirme que le stress est à son comble lors d'un septième match.  

«L'entraîneur-chef dort très mal, la veille de l'affrontement. Il est rare que les joueurs soient aussi à l'aise avec un match numéro 7, avant d'être sur la patinoire. L'attente est interminable. C'est important de se plonger dans sa routine, pour éliminer le stress.» 

En direct de 07:00 à 11:00
1120
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.