• Accueil
  • «Les écoles vont devenir des foyers d’infection»
Retour en classe le 17 janvier

«Les écoles vont devenir des foyers d’infection»

«Les écoles vont devenir des foyers d’infection»
enfants en classe
Getty Images/E+/ FatCamera
0:00
12:57

Le gouvernement Legault a obtenu le feu vert de la santé publique d’autoriser le retour des élèves québécois en classe pour le lundi 17 janvier. Mais est-ce réellement une bonne nouvelle?

Si de nombreux pédiatres ont fait pression sur le gouvernement afin qu’il permette aux enfants de retourner en classe en présentiel le plus rapidement possible, d’autres intervenants expriment des réserves. 

C’est le cas de Nimâ Machouf et Sylvain Martel qui ont exprimé leurs réticences au micro de Nathalie Normandeau. 

Retour non sécuritaire

«C’est une mauvaise nouvelle parce qu’elle se fait dans l’insécurité. On a besoin d’échangeurs d’air et des machines pour filtrer l’air pour s’assurer d’une bonne qualité d’air dans les écoles pour éviter la transmission. Mais le gouvernement ne le fait pas. Il réduit la durée de l’isolement de 10 à 5 jours, on ne trace plus les contacts… Finalement, les écoles vont devenir des foyers d’infection. Chaque semaine, elles vont ouvrir et fermer. Ça va être le bordel»

Un système de délestage comme dans le réseau de la santé?

«C’est une bonne nouvelle avec beaucoup de bémols. La place des enfants est à l’école, mais on est pris ici devant un mauvais choix et un pire choix. On ne retourne pas à l’école dans un contexte idéal, mais l’école à distance n’est pas idéale non plus. J’ai l’impression que nous embellit le portrait. Il y aura certainement des bris de service parce qu’il va manquer du personnel. Il y a un protocole en place pour s’assurer qu’il y ait au moins un adulte dans chaque classe. Il y aura une priorisation de la clientèle. Si on se dit les vraies affaires, c’est un plan de délestage comme dans le réseau de la santé. Disons-le aux parents qu’on est rendu là»

«L’autre bémol, c’est qu’il n’y a personne qui parle de l’aspect pédagogique. On veut retourner les élèves en classe pour se préoccuper de leur présence, mais pas de leur réussite éducative»

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Que La Mauricie se lève
En ondes jusqu’à 10:00
En direct
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.