• Accueil
  • La présidente de l'UDA commente l'affaire Guillaume Lemay-Thivierge

La présidente de l'UDA commente l'affaire Guillaume Lemay-Thivierge

La présidente de l'UDA commente l'affaire Guillaume Lemay-Thivierge
Getty Images

Les révélations quant aux positions antivaccins de l’animateur, comédien et réalisateur Guillaume Lemay-Thivierge ont soulevé, jeudi, un tas de questions bien au-delà des évidences.

Rappelons que les journalistes Hugo Dumas et Patrick Lagacé, de La Presse, ont révélé jeudi matin que Lemay-Thivierge avait été écarté de la réalisation d’épisodes de District 31 car il refusait de se faire vacciner.

En conversation - cette fois - avec l’animateur Patrick Lagacé, la présidente de l’Union des artistes, Sophie Prégent, commente - dans la mesure du possible - la situation.

Premièrement, le genre de réticences comme celles de Guillaume Lemay Thivierge n’est pas une nouveauté.

« Non. Absolument pas. Ce n’est pas une nouveauté. On reçoit de façon relativement régulière des messages qui ressemblent à ça à l’Union des artistes. Il y a une partie de notre membership qui est antivaccins, comme dans la société. Cela dit, ils sont très loin d’être majoritaires, mais ils sont très bruyants, par contre. »

La présidente note que son syndicat ne comprend pas les réalisateurs, ce qui l’empêche de commenter sur le cas précis de Lemay-Thivierge. N’empêche, elle apporte des nuances quant aux variables dans une situation comme celle-là.

« Les artistes, dans l’exercice de leur fonctions, ne peuvent se protéger avec un équipement de protection individuel, ce qui change complètement la donne. »

Ce qui n’est pas le cas des techniciens, réalisateurs et autres membres de la production qui sont hors du champ des caméras.

Selon la présidente, le problème tient au fait que la situation n’est pas la même pour tous. Ce qui, souvent, mène à du cas par cas.

Exemple concret proposé par l’animateur qui n’implique pas Guillaume Lemay-Thivierge.

« Le téléroman X décide que la comédienne Y, qui n’est pas vaccinée et qui ne veut pas se faire vacciner... On va supprimer son rôle, parce que l’on juge qu’elle est un danger pour les autres. Qu’est-ce que l’Union des artistes ferait dans ce cas-là?»

« L’Union va regarder le cas avec le producteur », assure la présidente. 

« Il va être difficile de justifier pour des raisons de liberté individuelles de ne pas protéger plus de 90 % des autres artistes sur un lieu de tournage. Cet artiste-là, je lui suggère de téléphoner à l’UDA et on va regarder cas par cas. Si le scénario le justifie, c’est clair que l’on ne pourra pas défendre les libertés de cette personne-là sous prétexte qu’elle a des droits. »

Le Québec maintenant
En direct de 15:00 à 18:30
0
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.