• Accueil
  • L'UPAC a caché de la preuve: «Mets-en que c'est grave» -Bernard Drainville
Arrêt des procédures au procès de l'ex-maire de Terrebonne

L'UPAC a caché de la preuve: «Mets-en que c'est grave» -Bernard Drainville

L'UPAC a caché de la preuve: «Mets-en que c'est grave» -Bernard Drainville
Bernard Drainville
98.5

Dans un jugement de 82 pages, la juge Nancy McKenna a ordonné l’arrêt des procédures dans le procès criminel de l’ancien maire de Terrebonne, Jean-Marc Robitaille.

Tout ça parce que dans ce dossier, le DPCP et l'UPAC ont caché de la preuve.

« Je n'en peux plus de l'eau de vaisselle de l'UPAC (...) Gagner à tout prix, à compromettre les principes mêmes de l'administration de la justice. Mets-en que c'est grave », lançait Berrnard Drainville, mardi matin, au micro de Paul Arcand.

« Je ne sais plus quoi penser. Comment une institution de l'État peut-elle être incapable d'obtenir des résultats? Comment tu peux être à ce point mauvais ? Il pensait quoi ? Que ça allait passer, qu'il n'allait pas se faire prendre ? (...) Après ça, on se demande pourquoi Joe citoyen ne fait plus confiance aux institutions pour lutter contre la corruption. »

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Que La Mauricie se lève
En ondes jusqu’à 10:00
En direct
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.