• Accueil
  • Le chef de police de Trois-Rivières préoccupé par le désengagement policier
Policiers recherchés

Le chef de police de Trois-Rivières préoccupé par le désengagement policier

Le chef de police de Trois-Rivières préoccupé par le désengagement policier
0:00
9:54

Le chef de police de Trois-Rivières se dit préoccupé par le phénomène du désengagement policier.

Il a réagi au 106,9 Mauricie à l'étude de l'école de police de Nicolet publiée hier.

Maxime Gagnon assure ne pas avoir observé ce comportement dans son corps policier, mais s'en méfie.

"L'étude est préoccupante. C'est très difficile de quantifier ça, moi à mon niveau. Au niveau de l'organisation de Trois-Rivières, je considère que mes troupes sont très engagées. Je pense qu'ils font un excellent travail. Mais à Trois-Rivières on ne perçoit pas ça pour l'instant."

Le chef Gagnon attend de voir le résultat de la dernière phase du désengagement policier, c'est-à-dire des agents qui n'interviennent pas même si la loi leur permet de peur des conséquences engendrées.

Le défi du recrutement

Le chef de police admet que l'un des défis le plus important pour Trois-Rivières est le recrutement de futurs policiers. Plusieurs embauches devront être effectuées dans les prochaines années.

"À Trois-Rivières, jusqu'à maintenant je me croise les doigts, ç'a très bien été pour l'embauche. On n'a pas manqué de candidats. On a suffisamment de CV, mais on essaie d'être à l'avance. Quand on regarde dans les prochaines années ce qui va arriver, on veut pas se retrouver mal pris et pas être capable d'engager de policiers."

Musique
En direct de 18:00 à 00:00
0
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.