• Accueil
  • «Je me faisais agresser 10-15 fois par jour»
19 M$ sur 5 ans pour aider les victimes d’exploitation sexuelle

«Je me faisais agresser 10-15 fois par jour»

«Je me faisais agresser 10-15 fois par jour»
Getty Images Plus/ Tinnakorn Jorruang

En entrevue avec Bernard Drainville, Clémentine a raconté comment elle est devenue «Sugar baby» à l’âge de 19 ans. 

Le gouvernement du Québec a accordé 19 M$, mardi, pour lutter contre l’exploitation sexuelle.

Témoignage touchant

Clémentine sait à quel point cet investissement est important. À 19 ans, elle est devenue une «Sugar baby» et cette décision a eu de très graves conséquences sur sa jeune vie. 

Les «Sugar babies» sont des escortes pour les «Sugar dadies», des hommes généralement fortunés qui ont de l’influence et du pouvoir. 

«Mon histoire a dérapé assez rapidement. Mon expérience traumatisante a duré pendant un an. Au début, ça allait super bien. C’était euphorisant. J’étais dans une période de ma vie où j’avais fait une grosse dépression. Et j’ai vu sur des sites Internet, ces filles qui étaient heureuses, qui avaient beaucoup d’argent et qui voyageaient. Je ne voyais pas le facteur de risque. Sur le site web, ils disent qu’il n’y a pas de relations sexuelles, mais je peux vous dire qu’il y en a. Et j’ai vécu une agression sexuelle d’un homme qui m’a invitée et qui m’a agressée sexuellement. Ç’a été le point tournant de mon histoire. Avant, il n’y avait pas eu de relations sexuelles, je faisais juste les accompagner au restaurant et on se faisait payer»

«Sur ces sites, il y a beaucoup de recruteurs qui appâtent les jeunes filles vulnérables en leur promettant plus de sécurité. Et je me suis ramassée dans une agence d’escortes sans le savoir et je me faisais agresser 10-15 fois par jour. Pourtant, j’ai eu des parents aimants qui m’ont toujours protégée. Je me suis fait avoir. Ils me menaçaient de violer ma mère, tuer mon chien. Ils étaient violents. J’ai des brûlures de cigarettes sur les bras, j’ai été battue, frappée à maintes reprises. À 19 ans, j’étais tellement effrayée. J’ai compris rapidement que c’était le crime organisé»

Sortie de l'enfer

Elle s'en est finalement sortie grâce à un amoureux bienveillant qui a alerté ses parents. 

Mon père s'est fait passer pour un client. Je suis partie à pleurer et je lui ai demandé de me ramener à la maison»

«Il ne faut pas avoir peur d'en parler. Les gens ne vous jugeront pas. J'ai eu beaucoup de soutien des gens qui m'aiment»

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Que La Mauricie se lève
En ondes jusqu’à 10:00
En direct
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.