12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope outline12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close16x16 spotify12x12 arrow left outline12x12 arrow right outline16x16 link
  • Accueil
  • Abandon de l'A220 par Bombardier | «La priorité, ce sont les emplois» - Pierre Fitzgibbon, ministre de l'Économie

Abandon de l'A220 par Bombardier | «La priorité, ce sont les emplois» - Pierre Fitzgibbon, ministre de l'Économie

Abandon de l'A220 par Bombardier | «La priorité, ce sont les emplois» - Pierre Fitzgibbon, ministre de l'ÉconomiePhoto: archives La Presse canadienne
Un appareil A220-300 d'Airbus

14:59

Bombardier abandonne sa participation dans le programme A220, laissant Airbus et le gouvernement du Québec seuls actionnaires.

Bombardier en a fait l’annonce par l’entremise d’un communiqué publié au cours de la nuit.

Bombardier recevra un montant de 591 millions de dollars américains.

L'entreprise est par ailleurs libérée de ses obligations de financement à l'égard du programme qu'elle avait lancé sous le nom de C Series.

Ainsi, Airbus possède 75% d'Airbus Canada tandis que le gouvernement du Québec détient 25%.

La participation du gouvernement sera rachetée par Airbus en 2026.

La transaction prévoit aussi que la filiale d'Airbus, Stelia Aerospace, acquiert les capacités de production des lots industriels A220 et A330 de Bombardier à Saint-Laurent. 

«La priorité, ce sont les emplois. On a 3360 emplois et Airbus, dans notre entente, va maintenair leur activité. C'est leur engagement. On a sécurisé un partenariat qui va être solide, à la hauteur de 25% pour le gouvernement et 75% pour Airbus. On va avoir une croissance des effectifs quand le programme va prendre son envol»

Vente de la division ferroviaire

Par ailleurs, Une vente de la division Transport - spécialisée dans le matériel ferroviaire - à la compagnie française Alstom est en discussion au conseil d’administration de Bombardier.

Selon le réseau d’informations économiques français BFM, la part de Bombardier (70 %) serait achetée au comptant pour environ 7 milliards $ américains, tandis que la part de la Caisse de dépôt et placement du Québec (30 %) serait convertie en actions d’Alstom — dont la Caisse deviendrait ainsi l’un des plus importants actionnaires.

Le quotidien économique allemand Handelsblatt a affirmé quant à lui qu'Alstom va racheter la dividsion ferroviaire de Bombardier pour sept milliards d’euros (environ 10 milliards $ canadiens). 

«En gros, Bombardier vend ses trains et garde ses avions [d’affaires]. Les discussions avec la compagnie française Alstom, qui fabrique des trains et des métros, ne sont pas encore terminées. La division d’affaires continuerait donc d’exister : les avions Challenger et Global continueront donc d’être fabriqués dans des usines chez nous. Il y a 10 000 emplois chez Bombardier aéronautique. Personne ne perdrait son emploi.» 

Au cours d'une entrevue accordée à l'animateur Louis Lacroix, le maire de La Pocatière, Sylvain Hudon, a dit souhaiter que le géant Alstom prenne des décisions en faveur de l'avenir de l'usine de sa ville. Quelque 350 personnes de La Pocatière travaillent actuellement dans l'usine de Bombardier Transport.

«Tout le monde a hâte de voir la proposition d'Alstom. J'espère que les emplois peuvent rester au Québec, dont à La Pocatière.»

En direct de 15:00 à 19:00
1299
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.