Aller au contenu
La gestion de Martin St-Louis

«Il pense à l'avenir» -Maxim Lapierre

«Il pense à l'avenir» -Maxim Lapierre
Kirby Dach, Kaiden Guhle, Cole Caufield et Nick Suzuki. / François Lacasse NHLI/Getty Images
0:00
20:47

Avec des jeunes que l’on veut développer et des vétérans qui ne seront plus là sous peu, Martin St-Louis fait face à une situation particulière à la barre des Canadiens de Montréal.

C’est l’opinion exprimée par Maxim Lapierre et Guillaume Latendresse, de La Poche bleue, collaborateurs au 98.5 Sports, au micro de Mario Langlois aux Amateurs de sports.

«Martin, le défi qu’il a, c’est qu’il a des groupes différents à gérer dans l’équipe. Tu ne peux pas approcher tes jeunes et tes vétérans de la même façon. Présentement, on s’entend, tout ce que l’on fait, c’est pour le développement des joueurs, pour être certain que nos jeunes joueurs soient confortables.»

« Peut-être que ça lui tente, dès fois, de rentrer dans le vestiaire et de péter une crise, mais lui, dans sa tête, c’est sûr et certain qu’il se dit : «Je ne ruinerai pas la soirée de Caufield, Guhle, Suzuki, ces gars-là, même si je suis fâché contre Hoffman, Drouin, Dvorak et Anderson ». Lui, il y va pour que ces joueurs-là soient confortables et il pense à l’avenir. Je pense que c’est la bonne façon, aussi. »

Latendresse abonde dans le même sens avec une variante.

«Où est la ligne entre : «Je donne du fil à retordre à Hoffman, à Drouin, à Dadonov… À ces gars qui, dans leur tête, ne sont probablement même plus ici, déjà, si je veux éduquer mes jeunes. »

«La ligne est mince… Parce que s’il commence à crier après Dadonov et ces gars-là parce qu’ils ne le font pas, il faut qu’il fasse la même chose avec Suzuki et Caufield, mais l’état d’esprit n’est pas le même. On est plus dans une situation : «Laisse aller Suzuki et Caufield. Laisse-les s’améliorer et apprendre. Dans six mois, les autres vont être partis. »

Et pour ceux qui ne seront pas partis après la date limite des échanges, la situation devra être révisée, pense Lapierre.

«Je pense qu'il y aura deux façons d'approcher les joueurs qui ne font pas le travail: avant et après la date limite des transactions. Si après la date limite, on ne s'est pas débarrassé d'une couple de problèmes et qu'ils restent ici... Si on les met pas dans les gradins, mon discours va changer. Je vais peut-être un peu plus pointer du doigt l'organisation».

«Les tricheurs, ils n’ont plus d’affaires à jouer après la date limite.»

On écoute le trio...

Abonnez-vous à l’infolettre du 106.9 Mauricie!Abonnez-vous à l’infolettre du 106.9 Mauricie!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Vous aimerez aussi

Plus avec Mario Langlois

«Faire mon job ça ne suffit pas, je dois faire le petit extra» -Laurent Courtois
«Que ça continue de grandir» -Marie-Philip Poulin
«J'ai grandi avec les exploits incroyables des Oilers» -Patricia Ann Beaulieu
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
En direct
En ondes jusqu’à