Aller au contenu
Entrevue exclusive

«Le Canadien fait partie des traditions, ça rassemble les familles» -St-Louis

«Le Canadien fait partie des traditions, ça rassemble les familles» -St-Louis
Martin St-Louis / 98.5 Sports/Jean-Sébastien Hammal
0:00
15:27

Martin St-Louis a apporté un vent de fraîcheur depuis son arrivée à la barre des Canadiens de Montréal.

Lors d’une entrevue exclusive avec l’animateur Mario Langlois réalisée lundi au centre d’entraînement de l’équipe à Brossard, le membre du Temple de la Renommée du hockey s’est confié sur son quotidien, ses joueurs, sa relation avec les amateurs, celle avec les médias et l’impact des Canadiens sur la vie des Québécois.

La mesure du succès

« Vous autres, vous pensez que l'enthousiasme est là parce que notre fiche au classement est bonne. Mais nous, on ne mesure pas le succès avec les victoires et les défaites », souligne St-Louis.

« On mesure le succès, chaque jour, si on a gagné la journée. On essaie d'évaluer comment on joue plus que si on gagne ou on perd. Je pense que si on garde cette mentalité-là, gagner constamment sera un effet secondaire ».

Les victoires amènent néanmoins de la confiance.

« Les victoires amènent de la confiance collective. Nous autres, comme entraîneurs, on est dans la business de convaincre les joueurs de pourquoi on fait les choses d'une certaine manière. Les réponses sont partout. Il faut juste que tu les trouve ».

« Quand on se prépare, on se prépare pour aller gagner un match. On ne se prépare pas juste pour aller jouer au hockey. Gagner fait partie du développement. Mais il faut une progression individuelle et collective. ».

Est-ce difficile de pousser un joueur talentueux qui n'arrive pas à mettre les choses en place pour avancer?

« Tu peux pas faire monter quelqu'un à un plus haut niveau s'il ne veut pas monter. Ça part avec eux-autres. C’est la mentalité, l’attitude... Si le gars ne veut pas monter plus haut, il ne montera pas. Il faut que tes pensées soient plus fortes que tes émotions. Parce que c'est facile de se perdre avec les feelings. »

98.5/Jean-Sébastien Hammal

Source: 98.5/Jean-Sébastien Hammal

« Prendre soin »

Comme il le dit lui-même, St-Louis aime « prendre soin » (take care) de son équipe.

« Il y a des jeux individuels, mais si t'as l'esprit de prendre soin de l'équipe, tu comprends que tu joues un sport d'équipe. Ce n'est pas nécessairement ce qui est bon pour toi. C'est quelque chose de plus gros que l'individu. Durant les matchs, si tu veux gagner, il faut que tu aies une mentalité pour prendre soin de l'équipe. »

« Nous autres, on prend soin des gars qui prennent soin de l'équipe.  J'essaie de ne pas jouer la game  pour eux-autres. Parce que nous autres, c'est facile du banc. C'est facile du vidéo: peser pause. On ne fait pas d'erreurs où est-ce qu'on est. Je veux qu'ils jouent libres. Je ne veux pas qu’ils jouent en disant : il faut que je plaise à mon coach. ».

0:00
14:24

La relation avec les médias

Face aux médias, St-Louis voit une différence en tant qu'entraîneur plutôt que joueur.

« Comme joueur t'étais dans les tranchées, tu t'étais peut-être fait engueuler par le coach, t'as peut-être joué une mauvaise game, tu t'es fait geler dans le coin (...) Pis là, t'as le micro dans la face 5 minutes après la game. Moi, j'avais de la misère à décrocher de la game. Comme entraîneur, c'est différent, parce que je n'ai pas cette émotion-là. »

St-Louis reconnaît l’importance de parler aux médias sur une base quotidienne, mais il apporte une nuance non négligeable quant à qui il s’adresse.

« Je sais que lorsque je communique, je ne parle pas aux médias. Les médias, c’est la plateforme de ma communication, mais je ne parle pas aux médias. Je parle à tous les fans et à tout le monde qui regarde le Canadien. »

L’importance du CH au Québec.

Martin St-Louis a quitté le Québec pour jouer dans la LNH aux États-Unis (Tampa, New York). Il est maintenant de retour dans la province. Comment mesure-t-il l’importance de l’équipe?

« Tu vois tout ce que le Canadien représente pour le Québec. C’est le fun d’être dans un environnement où les gens s’en soucient. Le Canadien a une place importante dans leur vie. Le Canadien fait partie des traditions. Le Canadien, ça rassemble les familles »

Selon Mario Langlois, en acceptant le poste d’entraîneur-chef de l’équipe, St-Louis est en quelque sorte devenu « le ministre de la Culture. Le ministre de réinstaurer une culture gagnante chez les Canadiens de Montréal. »

« Tout part de là. Si tu n’as pas de culture, tu vas avoir de la misère à avoir du succès. »

St-Louis, qui a grandi au Québec, et le directeur général, Kent Hughes, qui est Montréalais, savent ce que c’est, le Canadien de Montréal. Qu’en est-il du vice-président Jeff Gorton, qui a déjà travaillé pour les Bruins de Boston et les Rangers de New York, mais qui travaille pour l’organisation?

« Il n'en revient pas comme c'est gros. Il faut que tu sois dedans, vraiment, pour t’en rendre compte. »

Et qu'écrirait Martin St-Louis comme biographie sur Linkedln, par exemple?

« J'aime la vie. Tous les jours, c'est une opportunité. On es-tu chanceux de vivre! Des fois, on le prend pour acquis. Quand tu passes une mauvaise journée, rentre à l'hôpital... Va passer une journée à l'hôpital et puis va regarder ce qui se passe là ».

Vous aimerez aussi

Plus avec Mario Langlois

«Les astres s'alignent pour le 40e anniversaire» -Guillaume Cayer-Richard
Amateurs de sports: la semaine en accéléré
«Le Québec n’a jamais été si talentueux» -Guy Boucher
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Catherine le midi
En ondes jusqu’à 13:00
En direct
75