Aller au contenu

Les crimes non résolus selon André Durocher

Les crimes non résolus selon André Durocher
Crédit photo: La Presse canadienne / Graham Hughes

André Durocher, qui a passé plus de 30 ans au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), était au micro de Paul Houde pour parler de causes non résolues.

Il mentionne que la technologie change la donne dans le milieu policier. M. Durocher souligne que dans un certain passé il n’y avait pas de GPS et de caméras de surveillance.

Il précise d'ailleurs que le prélèvement d’ADN ne se fait que depuis le milieu des années 1980.

De plus, il était question des disparitions.

Selon M. Durocher, un aspect particulier du travail policier est crève-coeur: annoncer de mauvaises nouvelles aux familles.

«Quand on parle à des enquêteurs qui parlent directement à des familles, on voit que c’est déchirant. À la limite, quand le corps d’une personne disparue est retrouvé, ça permet éventuellement de faire un deuil.»

Il insiste également que le corps policier ne peut pas toujours donner informations qu’il possède, puisqu'il est toujours possible que le bouche-à-oreille se fasse à l'intérieur des familles. La police ne voudra pas qu'il ait de nuisances pour une enquête.

Vous aimerez aussi

Plus avec Paul Houde

On sent que les Américains ne veulent pas que Biden se représente
Le mot de la fin
Un hommage country à Robert Charlebois
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Jeffrey tout l'été
En ondes jusqu’à 11:00
En direct
75